Fourni par Blogger.

Social icons

6.10.16

Exposition à la Cathédrale Haute de Vaison, l'heure du bilan

Si vous m'avez déjà lue ici, vous savez que j'ai participé à une exposition à la cathédrale haute de Vaison la Romaine (avec Patricia Meffre, sculptures céramique) du 3 au 16 septembre dernier.

Le bilan

Une série de défis 

C'est un très beau lieu, couru par de nombreux visiteurs.
Mais il n'est pas facile à habiter, car il est très chargé visuellement: autels, cathèdre, chaire, tableaux, sculptures, fresques à moitié disparues, textures de toutes sortes, couleurs dans les chapelles latérales…
J'ai donc choisi de travailler en noir et blanc pour mieux dialoguer avec les couleurs du lieu et ne pas alourdir encore l'effet visuel.
A cela s'ajoute le fait qu'il n'y a aucun mur disponible, ce qui est en soi un challenge pour un peintre.
La difficulté était aussi dans la dimension du lieu: 8m de large, 22m de long (sans compter le chœur ni les chapelles).
Pour en rajouter un peu, j'ai aussi mis la barre assez haut dans la dimension des pièces que j'ai présentées.
Comme vous l'avez sans doute vu sur les photos, il s'agissait de livres frise, longues bandes de papier d'une seule pièce peints puis pliés en accordéon:
  • 15 x 105 cm pour les plus petits (Jardins intérieurs),
  • 45 x 450 cm pour les moyens (Contrées intérieures),
  • et 70 x 700 cm pour le tout grand livre-frise (Territoire intérieur).
Tous ont été réalisés à l'encre de Chine et au lavis sur du papier Arches (185g, et 300g pour le tout grand), évidemment tous des originaux, réalisés séparément. Ils ont ensuite été habillés d'une couverture cartonnée, comme on peut le voir dans le diaporama plus bas sur les petits livres-frise.

Présenter autrement pour regarder autrement

Dans le cadre de cet édifice religieux, pour soutenir la notion d'intériorité et de regard sur le plus profond de soi qu'il devrait selon moi induire, j'ai voulu que les livres ne puissent être regardés que par un nombre restreint de personnes simultanément.

Le public pouvait ainsi tourner les "pages", à condition de se munir de gants.
Pour ma part j'ai beaucoup aimé voir les visiteurs plonger dans les livres.

Les livres-frise moyens ne pouvaient êtres vus que par une ou deux personnes en même temps. Il y avait chez ceux qui les feuilletaient beaucoup d'attention, comme dans une lecture.

Le plus grand, situé devant le chœur, pouvait quant à lui accueillir 4 ou 5 personnes simultanément, ce qui formait une belle résonance avec ce que l'idée de chœur peut contenir. En termes laïques, je le formulerais ainsi: rassemblement, culture du territoire* commun, culture tout court en somme…
J'ai d'ailleurs nommé le grand livre "Territoire intérieur".

Exposition à la Cathédrale Haute de Vaison-la-Romaine

Enregistrer un commentaire